Au coeur de la mer d’Irlande, l’île de Man

DublinEcolo quitte aujourd’hui l’île d’émeraude pour vous emmener au coeur de la mer d’Irlande, sur l’île de Man.

DSC_2322

A la recherche d’informations touristiques sur cette dépendance britannique, nous avons été surpris par le peu d’articles qui lui sont consacrés en ligne. Côté français, Man ne semble être connu que comme un paradis fiscal ou pour sa course de moto annuelle, the tourist trophy (et peut-être aussi un peu pour ses chats). Côté irlandais, Man est un île bien souvent ignorée et qui pour les plus anciens rappelle les vacances d’été pré-transports aériens à bas coût (l’île de Man était une destination prisée des dublinois jusqu’au milieu des années 70).

L’île de Man vaut pourtant le détour et est très facilement accessible en bateau ou en avion (bien moins écolo) depuis Dublin pendant la période estivale. Comme dans toutes zones rurales, il est préférable de louer  une voiture ou des vélos pour en profiter au maximum. N’étant pas motorisés et ne disposant que de deux petites journées, nous avons opté pour les vieux trains électriques et à vapeur qui relient la capitale, Douglas, au sud et au nord de l’île. Point positif: ces trains sont vraiment utilisés par les habitants et ne sont pas qu’un attrape touriste.

Train à vapeur reliant Douglas à Port Erin, au sud de l’île.

Train à vapeur reliant Douglas à Port Erin, au sud de l’île.

Salle d'attente d'une petite gare entre Port Erin et Douglas

Salle d’attente d’une petite gare entre Port Erin et Douglas

A l’image de sa voisine irlandaise ce que Man a sans doute de meilleur à offrir reste ses paysages. Pourquoi ne pas simplement vous balader sur une des plages du sud de l’île ou profiter des paysages depuis la fenêtre du train? Le tourisme industriel vous intéresse? Ne manquez pas la roue de Laxey, Moulin à eau géant qui permettait de pomper l’eau de la mine voisine (évitez de monter en haut si vous avez le vertige!).

Le soir venu nous vous suggérons d’opter pour l’un des nombreux Bed & Breakfast du front de mer à Douglas (la petite capitale de l’île). Un front de mer qui ne sera pas sans vous rappeler Bray et son charme très 1900. Vous vous prendrez ainsi peut-être à rêver sur ce que fut cette ballade au début du XX siècle, lorsqu’elle était encore une destination prisée des touristes irlandais et britanniques.

Un petit creux? Nous vous recommandons le restaurant 14 North pour son accueil et la qualité de sa nourriture. Attention, le lieu est connu et apprécié des locaux, réservation recommandée obligatoire le week-end.

Comment s’y render?

  • En Ferry
    • L’Ile de Man n’est malheureusement accessible en ferry depuis Dublin et Belfast que l’été (les departs depuis Belfast sont plus fréquents). Consultez le site Direct Ferries pour de plus amples informations.
  • En Avion
    • Aer Lingus propose des vols quotidiens toute l’année depuis Dublin

 Bon séjour à Man!

DSC_2376 (2)

Tempête à Douglas, Ile de Man

Douglas, front de mer

Douglas, front de mer

Moulin à eau de Laxey

Moulin à eau de Laxey

Publié dans En voyage / Travel, Visites / Visits | Tagué , , , , , , , | 2 commentaires

Focus sur les bières artisanales irlandaises

La bière (et le pub) sont dans l’imaginaire collectif intimement associés à l’Irlande. Nous partons donc aujourd’hui à la découverte d’une espèce en pleine renaissance: les bières artisanales irlandaises.

Un peu d’histoire

L’histoire de la bière en Irlande remonte à il y a au moins 5000 ans. La légende raconte même que Saint-Patrick en personne (Saint patron de l’Irlande) possédait son propre brasseur, un prêtre nommé Mescan. Comme dans de nombreux autres pays d’Europe, la production de cette boisson a d’ailleurs été effectuée pendant des siècles dans des monastères.

Au XVII siècle, les ale dominaient le marché irlandais et étaient produites dans de petites brasseries, les « cottage breweries ».

Brasserie_Cork

BiereUn siècle plus tard (1756), Arthur Guinness acheta la brasserie qui deviendra la multinationale que l’on connait et se spécialisera dans le stout. Guinness est néanmoins encore loin d’être en position dominante puisque une centaine de brasseries se partagent alors le marché.

Un nombre qui va peu à peu se réduire à peau de chagrin, moins de trente brasseries étant en activité au début du XX siècle et seulement sept en 1994.

Depuis une dizaine d’années, quelques passionnés nous font redécouvrir la diversité et les saveurs des bières artisanales locales. Un monde que nous vous proposons aujourd’hui d’explorer…

La jungle des bières artisanales irlandaises

Les principaux types de bières que l’on retrouve en Irlande sont les stout (les plus populaires et dont la Guinness fait partie), les lager et les ale mentionnés plus haut.

Nous vous présentons ici un petit tableau récapitulatif pour vous aider à vous y retrouver.

Bieres

Source: Beoir, supporting craft beer in Ireland

Et les bières bios?

Plusieurs magasins dont le Blackrock Cellar vendent des bières  bios mais il n’y a pas à notre connaissance de bières biologiques produites en Irlande.

Pour de plus amples informations concernant la législation s’appliquant aux bières biologiques, cliquez ici.

Bières artisanales irlandaises, où les trouver?

Comme mentionné plus haut, l’Irlande connait un véritable regain d’intérêt pour ses bières artisanales et de nombreux pubs les proposent désormais (malgré la mainmise de Guinness sur cette industrie).

biere

Citons parmis eux quelques peuples spécialisés dans les bières artisanales, les fameuses « craft beer »:

  • PorterHouse: Etablie en 1996, cette petite brasserie artisanales compte 4 pubs à Dublin et propose, sans aucun doute, la plus grande sélection de bières de la capitale.
  • L. Mulligan, Dublin 7: Pour un grand choix de bières artisanales irlandaises mais aussi et surtout pour sa cuisine locale et de saison.
  • The Dark Horse, The black sheep et Against the grain: Pubs faisant parti du groupe the Galway Bay Brewery, malheuresement assez chers.

Vous préférez déguster votre bière artisanale à domicile? Voici une petite sélection de magasins en possédant une assez large sélection:

Un nombre croissant de pubs, magasins et restaurants proposent des bières artisanales irlandaises. Si vous possédez un i-phone, le plus simple est de télécharger l’application « Beoir Finder » qui vous permettra de géolocaliser les plus proches.  Vous pouvez également consulter l’annuaire publié sur leur site.

beoirfinder_screens

Bonne dégustation!

Pour aller plus loin:

Articles connexes:

Publié dans Boissons / Drinks, Bonnes adresses / Shopping tips, Cafés & restaurants, Nos dossiers / Indepth | Tagué , , , , , | 2 commentaires

L’aliment du mois: la courgette

Je vous l’accorde, la courgette n’est pas le premier légume que l’on associe à l’Irlande. J’ai moi-même cru pendant des années qu’il était impossible de produire des courgettes en Irlande (l’époque où je n’avais pas encore déserté les supermarchés). Puis, j’ai découvert les marchés locaux (et les serres de mes voisins!)… Et là, ce fut une révélation: il est possible de trouver d’excellentes courgettes locales durant tout l’été (à moi, les petits plats du sud!).

Courgette

Originaire d’Amérique latine, la courgette fut à l’image de ses soeurs cucurbitacées introduite en Europe à partir du XVI siècle et est aujourd’hui un composant essentiel de nombreuses recettes méditerranéennes. Bien que communément utilisée comme légume, la courgette (où petite courge) est un fruit au sens botanique du terme. Si la plus connue est verte et allongée, il en existe de nombreuses variétés (jaunes, rondes, etc.)…

  • Vertus

Pauvre en calorie (elle contient 95% d’eau), la courgette est riche en vitamines (C, B9 et K entre autres) et minéraux (potassium, phosphore et calcium).

Sa teneur en bêta carotène en fait aussi un excellent antioxydant.

  • Comment la cultiver? 

La culture de la courgette est relativement facile mais cette dernière appréciant peu le froid, il est préférable de la semer en intérieur en avril avant de la repiquer en extérieur fin mai / début juin (Vous pouvez aussi acheter de jeunes plants dans une jardinerie)*.

La courgette apprécie particulièrement les sols frais, légers et fertiles (pensez à apporter une matière organique fraîche).

Deux à trois pieds de courgette permettent amplement de couvrir les besoins d’une famille mais n’oubliez pas que ce dernier prend de la place (compter 80 cm à 1 m de diamètre en fonction des variétés).

Votre pied de courgette donne trop? Pourquoi ne pas les congeler, en faire des conserves (recette de ratatouille en conserve ici) ou en faire profiter vos amis?       

*La courgette appréciant particulièrement la chaleur certains de mes amis jardiniers irlandais la plantent sous serre pour de meilleurs résultats.

  • Comment la cuisiner?

Je vous l’accorde, vous trouverez sur le net une myriade de recettes à base de courgettes. Nous vous proposons aujourd’hui une recette facile, rapide et que nous apprécions particulièrement: la courgette farcie végétarienne.

photo 4

Ingrédients (pour 4 personnes)

8 petites courgettes rondes (ou 4 belles courgette)
2 petites tomates
5 Échalotes
Une gousse d’ail
Un verre de riz
Un peu de chapelure

Méthode 
photo 2 (1)1) Videz les courgettes et réservez la chair
2) Coupez les oignons, les tomates, les restes de courgette et l’ail.
3) Faites les revenir à la poêle et ajoutez le riz (que vous aurez fait cuire au préalable). Laissez le tout mijoter environ 5 minutes
4) Placez vous courgettes dans un plat à gratin préalablement beurré
5) Remplissez les courgettes de la préparation et recouvrez d’un peu de chapelure** et d’un filet d’huile d’olive.
6) Mettez au four moyen pendant 30 minutes.

Bon appétit!

** Astuce:

Les supermarchés irlandais ne vendent généralement pas de chapelure. Vous pouvez vous en procurer dans la plupart des magasins polonais (Polonez, etc.) ou la fabriquer vous-même (Il vous suffit de vous munir d’un moulin à café – j’ai trouvé le mien, un vieux robot Moulinex orange très 70s, au Dublin Flea Market – et de pain dure).

Articles connexes:

Publié dans Uncategorized | Tagué , , , , | 2 commentaires

Livres et environnement (et livres d’occasion à Dublin)

Bien que l’été batte son plein, vous n’avez peut-être pas encore choisi les 2-3 livres qui vont vous accompagner sur la route des vacances. J’affectionne, pour ma part, tout particulièrement cette période de l’année et la recherche des quelques ouvrages qui me rappelleront ces chaudes journées d’été durant les longs très longs mois d’hiver (les romains n’appelaient-ils pas l’Irlande, « Hibernia » ou le pays de l’hiver perpétuel!?). Très bien, mais l’impact sur l’environnement dans tout ça ?

Livredocas

Amoureuse de la nature (mais aussi des livres), c’est un sujet sur lequel je ne me suis penchée que très récemment.

Plus de 2.2 milliards de nouveaux titres et nouvelles éditions sont publiés dans le monde chaque années (source Unesco). Une production qui requiert d’importantes quantités d’eau et d’énergie mais aussi l’abattage de nombreux arbres (engendrant parfois le remplacement d’éco-systèmes traditionnels par des monocultures d’eucalyptus, etc.). Nous vous conseillons à ce sujet l’excellent dossier « Fabriquer des livres, quels impacts sur l’environnement? » réalisé par les éditions terre vivante. Ceci a-t-il vraiment un sens quand on sait que la plupart des livres ne sont lus qu’une ou deux fois avant d’être posés sur une étagère?

Cela signifie-t-il que nous devrions tous passer aux livres numériques (souvent présentés comme plus écologiques?) Le cycle de vie d’un livre ou d’une liseuse est complexe et dépend très largement des circonstances de production et d’utilisation (papier recyclé, obsolescence programmée, accès aux centres de recyclage adaptés, etc.). Néanmoins de nombreuses études récentes tendent à montrer que le livre papier sous sa forme recyclée, est le plus écologique (voir « Livre papier vs livre numérique : lequel est le plus écolo ?« ).

Mais au quotidien, quelles sont mes options?

  • Échangez ou achetez vos livres d’occasion: Pourquoi ne pas échanger vos vieux livres avec vos amis, les donner à une association ou les revendre auprès d’une librairie indépendante (voir ci-dessous pour des solutions adaptées à nos vies dublinoises)? Vous ferez des économies (et des heureux!). 
  • Vous achetez neuf? Optez pour des ouvrages imprimés sur papier recyclé (ou au minimum certifié « forets durables » – FSC ou SFI )Même si cela n’est pas forcement le facteur déterminant au moment de l’achat (et cela peut se comprendre), il reste important d’agir en consom’acteur et de montrer aux imprimeurs que « yes, we care »*.

Et à Dublin, les livres d’occasion, je les trouve où 

La plupart des magasins de charité « charity shops » (Oxfam, Enable Ireland, St Vincent de Paul, etc.), reprennent (« donations ») et vendent des vieux livres. Le meilleur d’entre-eux est sans aucun doute, le magasin Oxfam sur Parliament Street, qui est spécialisé dans la vente de livres d’occasion. Point positif pour les francophones, il possède l’une des plus grandes collections d’ouvrages en français de la capitale.

Le magasin Chapter situé à Parnell Square possède aussi une importante sélection d’ouvrages d’occasion en français. Ils sont également généralement intéressés par le rachat de livres d’occasion (hors livres de cuisine, de voyages et d’actualité).

Enfin, vous pouvez opter pour adverts.ie (sorte de Bon Coin irlandais) ou le marché aux puces de Dublin, le dernier dimanche de chaque mois.

Nous espérons que cette petite liste vous aidera dans vos achats mais elle n’est absolument pas exhaustive. Vous connaissez des bonnes adresses? N’hésitez pas à nous en faire part dans vos commentaires.   

Publié dans Bonnes adresses / Shopping tips, Le coin lecture / Readings, Magasins bio / Health shops, Marchés aux puces, vide-greniers et produits d'occasion / Flea markets, second hand and charity shops, Nos dossiers / Indepth | Tagué , , , , , , , , , , | 3 commentaires

De Bray à Greystones – Bienvenue dans le Co. Wicklow

Après vous avoir présenté la balade sur les falaises de Howth, nous revenons cette semaine sur une deuxième promenade dominicale appréciée des dublinois : Bray – Greystones.

IMG_0478

Bien que situés dans le comté de Wicklow, les villages de Bray et Greystones sont desservis par le DART* (compter entre 45 min. et 1h depuis le centre de Dublin).

La rando commence sur la plage de Bray (à 5 min. de la gare) et sa promenade très 1900. Avant l’avènement de la voiture et des vols à bas coup, Bray était en effet la station balnéaire préférée des dublinois. De cette époque, la ville conserve de jolies façades et un certain charme rétro.

ImageBray

Après avoir longé la plage, empruntez le chemin qui mène au Great Sugar Loaf (501 m) et suivez la côte (ou la ligne de chemin de fer). Le chemin est parfois un peu marécageux par temps de pluie mais les vues sur les falaises et la mer en valent la peine. Vous appercevrez alors de nombreux oiseux et pourrez voir passer la chenille le DART au détour d’un tunnel.

Bray_DART

La seconde partie de la ballade est moins pittoresque mais reste des plus agréables : jolis sous-bois et couleurs qui changent au rythme des saisons. Seul bémol, le dernier tronçon de la promenade, qui vous oblige à traverser une zone de construction plus ou moins abandonnée par son promoteur et qui s’étend sur quelques centaines de mètres (les délires restes du tigre celtique). 

Arrivé à Greystones, rendez-vous sur la main street pour découvrir ses petites boutiques artisanales et restaurants. Petit coup de cœur pour le café – restaurant – magasin The Happy Pear (pour la qualité des ingrédients, de la cuisine et l’amabilité de son staff).

Il vous reste encore un peu d’énergie ? Pourquoi ne pas opter pour un bain ou un couché de soleil sur la plage de Greystones ?

* Sorte de train de banlieue

Note : Les DART sont moins fréquents le week-end (environ un toutes les heures au départ de Greystones), mieux vaut se renseigner à l’avance. 

Articles connexes:

Publié dans En voyage / Travel, Randos / Walks | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , | 2 commentaires

Focus sur… Unicorn Design

Dublinecolo profite de l’été et de l’arrivée du beau temps (pourvu que ça dure!) pour vous présenter la collection printemps – été d’Unicorn Design.

Unicorn

Unicorn Design, c’est qui et pourquoi en parle-t-on ?

Unicorn Design est une marque de vêtement éthique (même si sa créatrice n’aime pas ce terme, « trop utilisé et devenu trop générique » à son goût) lancée en 2003 par Sophie Rieu, une française installée en Irlande depuis le milieu des années 90. 

L’idée est simple, créer des vêtements uniques à partir de matériaux naturels (coton bio, soie, laine, etc.). Alors que les grandes firmes textiles ont récemment été montrées du doigts pour leur impact environnemental et le non-respect des droits élémentaires des travailleurs (voir notre article, « C’est l’été  faites passer votre garde-robe au vert« ), Unicorn Design allie élégance et développement durable. L’ensemble des pièces de la collection printemps – été 2014 ont ainsi été dessinées et fabriquées en Irlande.

Cette collection (et quelques pièces de la collection automne – hiver) a été présentée en avant-première le samedi 14 juin 2014 lors d’une « après-midi de la mode » organisée dans la boutique d’Unicorn Design à Greystones, au sud de Dublin. Au programme, défilé de mode, musique traditionnelle irlandaise (merci Laurel Graham), conseils vestimentaires promulgués par la styliste Mairead Vickers et tartes aux pommes…

Bon défilé!

Vous connaissez d’autres marques irlandaises de mode éthique? N’hésitez pas à nous les faire découvrir.

Notes: Le magasin Unicorn design se situe à Church Road, Greystones, Co. Wicklow. Les créations de Sophie Rieu sont disponibles dans plusieurs magasins en Irlande et à Paris (Voir la liste des points de vente ici).

Articles connexes :

   

 

Publié dans Bonnes adresses / Shopping tips, Magasins bio / Health shops, Textile / Fashion | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

L’aliment du mois: la rhubarbe

Las de s’entendre dire qu’il est impossible de manger local en Irlande, DublinEcolo profite de ce mois de juin pour lancer une nouvelle rubrique: l’aliment du mois.

Nous n’avons bien sur pas le climat de l’Espagne ou du midi mais de nombreux produits peuvent être cultivés sur l’île d’Émeraude. Manger local et en saison est non seulement bon pour l’environnement mais permet aussi de faire le plein de vitamines. C’est dans le but de mieux connaitre les fruits et légumes irlandais que nous vous proposons cette nouvelle rubrique. Premier invité, la rhubarbe.

Rhubarbe

  • Qu’est-ce que c’est?

La rhubarbe est le nom commun d’une trentaine d’espèces de plantes. Originaire du nord de l’Asie, ce légume (et oui, la rhubarbe est bien un légume!) ne fut introduite en Europe qu’au XVII siècle. Facile à cultiver en Irlande, la rhubarbe se marie aussi bien à vos plats salés que sucrés.

  • Vertus

La rhubarbe est riche en nombreuses vitamines (notamment K et C – 12mg/100 g). De par sa richesse en fibres (les fibres constituent 74% de son poids sec), elle possède également de fortes propriétés laxatives. Enfin, ce légume est une source non négligeable de minéraux puisqu’il contient non seulement du potassium et du phosphore en grande quantité mais aussi du magnésium et du calcium en quantités intéressantes.

  • Comment la cultiver?

Vous souhaitez la cultiver mais n’avez pas vraiment le main verte? Pas de panique, la rhubarbe aime les climats tempérés et pas trop secs et est donc très facile à cultiver en Irlande.

La rhubarbe fait des graines mais le plus simple est de vous procurer un rhizome et de le planter à l’automne ou au printemps. Les rhizomes de rhubarbe se trouvent aisément en jardinerie mais si vous connaissez quelqu’un possédant un beau pied de rhubarbe, il vous suffit de le diviser à l’automne. Deux ou trois rhizomes plantés à un mètre d’intervalle (un pied de rhubarbe prend de la place!) permettent facilement de couvrir les besoins d’une famille de quatre personnes.

Plante_Rhubarbe

La rhubarbe préfère les sols perméables, riches en humus, profonds et frais (et est donc impossible à cultiver sur un balcon :(). Afin de permettre à votre pied de rhubarbe de se développer correctement, il vaut mieux éviter de la récolter la première année. A partir de la deuxième année, vous pouvez aisément la récolter deux fois par an (en mai et septembre).

Bon à savoir:

  1. Les parties aériennes de la plante disparaissent en hiver. Ne vous inquiétez pas, votre plante va ressortir au printemps!
  2. Vous avez trop de rhubarbe et pas assez de bouches pour la manger, cette plante est très (très) facile à congeler. Petits conseils pratiques ici.
  • Comment la cuisiner?

Il y  a mille et une façons de cuisiner la rhubarbe mais nous nous contenterons ici d’aborder quelques recettes très simples appréciées des irlandais.

Note: Seuls les pétioles (la tige) des feuilles de rhubarbe peuvent être consommées. Les feuilles sont toxiques mais permettent de fabriquer un excellent insecticide naturel (très pratique pour lutter contre les pucerons).

Compote de rhubarb

Sans aucun doute la plus simple mais également notre préférée.

Nettoyez les tiges de rhubarbe (1kg de rhubarbe pour 3 à 4 personnes), coupez les en petits morceaux d’environ 2 cm et retirez les files comme si vous cuisiniez des celeries.

Disposez les tronçons de rhubarbe dans un récipient et couvrez les de sucre (environ 100 gr). Laissez reposer pendant environ 3 heures.

Disposez votre rhubarbe dans une casserole avec un fond d’eau (vous pouvez utiliser l’eau de macération) et faite cuire à feu doux, en mélangeant de temps en temps, pendant 25 minutes. C’est prêt!    

Il existe de nombreuses variantes de cette recette. A l’automne, vous pouvez par exemple opter pour une compote à la rhubarbe et aux pommes. Nous craquons en ce moment pour une verrine, compote de rhubarbe, yaourt bio, éclats de noisette et raisins secs.

Rhubarbe

Crumble à la rhubarbe (pour 4 personnes)

500gr de rhubarbe coupée en cube de 2 cm
90gr de beurre
125gr de farine
60gr de cassonade
Un sachet de sucre vanillé (ou plus facile à trouver en Irlande, quelques goutes d’extrait de vanille)

Malaxez avec les doigts la farine, le beurre et la cassonade.

Placez vos morceaux de rhubarbe au fond d’un plat à gratin. Versez quelques goutes d’extrait de vanille. Egrenez le crumble sur la rhubarbe et enfournez à 210 pendant 30 min.

Bon appétit!

Tarte à la Rhubarbe de Roscommon (Recette en anglais)

Vous vous sentez inspiré et voulez tenter des recettes sucrées / salées pour le moins surprenante? Cliquez ici.

Et vous, quelles sont vos recettes préférées à base de rhubarbe? N’hésitez pas à les partager!

Articles connexes

Publié dans Uncategorized | Tagué , , , , , , , , , , , | 1 commentaire